Ils sont comiques ces espagnols !





La première chose que j’ai faite après m’être installé dans mon appart (et après avoir bu un coup) c’est chercher un réseau wifi non protégé pour dire à tout le monde que j’étais bien arrivé. C’est quand même moins cher que les 59ct la minute proposés par Orange quand on est à l’étranger.

J’ai cherché et … j’ai rien trouvé. Ma déception fut immense, vous imaginez bien, je ne voulais (pouvais) pas rester dans mon appart sans internet en attendant 3 semaines le retour du Colombien qui a mis son abonnement au câble en pause avant de partir. J’ai donc cherché encore, en déplaçant mon portable dans tout l’appart (situation très complexe puisque que mon portable a perdu toute son utilité de « portable » depuis que sa batterie ne fonctionne plus et que chaque débranchement entraîne son extinction), s’il n’y avait pas un inconscient une âme généreuse pour les étudiants en détresse. Et là, à l’angle d’une des chambres, j’ai réussi à trouver quelque chose, un wifi non sécurisé dont le nom me fait encore marrer : por_tu_securidad_protege_tu_red (pour ta sécurité protège ton réseau). Réseau très comique mais qui, malgré son fonctionnement une fois sur cent et son débit digne des années 90, me permet de récupérer mes mails deux fois par jour.

Vivre sans internet, on le faisait très bien il y a 10 ans, mais honnêtement maintenant ça devient difficile. Surtout quand on a connu l’ADSL 24/24 ces dernières années. En fait c’est pas vraiment pour l’occupation que ça procure, j’ai ramené quelques bons bouquins et j’ai encore tout Séville à visiter, mais plus pour le fait d’être connecté. C’est la possibilité à n’importe quel moment, de chercher un truc, de parler à un ami ou de regarder une vidéo qui fait l’addiction. Mon addiction en tout cas, je sais pas pour vous. Même si le terme est probablement exagéré, la preuve : je vais très bien malgré l’impossibilité d’utiliser msn. Ce que j’essaie de dire c’est que dans mon cas c’est vraiment le sentiment d’être connecté au monde qui m’attire, pas forcément ce que m’apporte cette connexion à un instant t.

Enfin bref, je n’ai pas encore testé toutes les pièces de l’appart car j’avais peur de perdre ma minuscule connexion au nom marrant si je changeais mon ordinateur de place. Mais comme j’ai emporté mon ordinateur avec moi au boulot (car le type qui vient réparer le gaz aujourd’hui avec mon proprio m’inspirait pas confiance), je n’ai rien à perdre.

Ce soir j’essaie dans la chambre nº3 :)

6 commentaires:

Alexis a dit…

Sacré Gaby !! Un véritable accro !! Non je déconne, j'avoue que j'aime bien internet car on peut gérer beaucoup de chose et trouver ce qu'on veut très facilement ^^

nina sotte fille a dit…

Moi j'ai survécu pendant UN MOIS en ayant été sur internet que 4 FOIS et jamais plus de 30 MINUTES ... ouais, tout le monde m'admire maintenant et j'en rajoute encore: ça a même pas été trop dur! J'étais quand même bien contente d'avoir pu aller sur le net 4 fois pour avoir des nouvelles et vider ma boite mail des 57 nouvelles pubs reçues.

balbc a dit…

le net c'est le Mal.
Ne pas l'avoir c'est l'Enfer.

Cha a dit…

Je te comprends, je ne tiens pas longtemps sans internet.
Internet est ma télé, ma musique etc.

Sinon, t'as déjà noté une différence dans les comportements au boulot en Espagnols et Suèdois?
Ou c'est un mythe la rigueur scandinave et le laisser-aller latin?

sebika a dit…

Le mystère reste entier !
Je te souhaite de passer en Espagne un aussi bon séjour que celui passé en Suède !
;-)

Gaby a dit…

>> alexouille : On l'est tous non ? ^^

>> Nina sotte fille : C'est clair que c'est trop ciant de récupérer les 500 mails quotidiens de merde, ça prend toute la bande passante !!

>> balbc : Très bien résumé ^^

>> Cha : Ben déjà je vois les horaires espagnoles qui (mis à part ma boîte) font une pause au millieu de la journée pour la sieste et qui reprènent en fin d'aprem :)

C'est tout une façonj de vivre qui change.

>> Sebika : Ben ça marche pas mieux dans le chambre 3 et 4, ni dans les s.d.b. :(

En tout cas mon séjour commence bien pour l'instant, je vais à la plage demain ;o)